VENDÔME

Située dans le 1er arrondissement, le plus vieux de Paris, la place Vendôme avec ses quelque 3.000 habitants, est l’une des plus belles places royales de la capitale, mais aussi le quartier du luxe et de la haute couture.

La Place Royale
.

Conçue par le surintendant des bâtiments Louvois pour recevoir la statue équestre de Louis XIV, la place des Conquêtes, devenue place Louis le Grand, fut construite entre 1685 et 1720 par Boffrand et Mansart. En 1799, elle devint place Vendôme, du nom de l’hôtel qui la précéda. La statue ayant été démolie à la Révolution, Napoléon Ier fit ériger la colonne Vendôme, démolie, puis rétablie en 1874 par l’Empereur, représenté en redingote. 


 

La colonne de la place Vendôme, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
La colonne de la place Vendôme, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

La forme légendaire du parfum Chanel n°5 n’est d’ailleurs pas sans rappeler le plan octogonal de la place avec ses maisons à arcades.  

Les arcades de la place Vendôme, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
Les arcades de la place Vendôme, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Écrin parfait pour les créations des grands joailliers, la marque Chanel devait en effet s’y installer en 1997, en référence à la première collection de joailleries de diamants de Chanel de 1932.

La boutique Chanel place Vendôme, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
La boutique Chanel place Vendôme, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Non loin, la célèbre maison plus que centenaire du bottier de la haute couture, Massaro. Il avait créé pour Coco la chaussure Chanel : la chaussure de couleur beige coupée en son bout par du noir. Pourquoi ? Pour raccourcir le pied…

Où ? 

→ Massaro 2, rue de la Paix, Paris 2ème. Tél. : 01 42 61 00 29 / www.massaro.fr


De Versailles à Vendôme
.

L’interdiction royale d’importer des produits étrangers au profit des manufactures françaises favorisa la mode française. Car au prestige militaire du Roi Louis XIV était lié celui des « grands habits ». C’est à Versailles que l’on faisait la mode, celle des crinolines en lamé or et argent ! Mais fin XVIIIème, Marie-Antoinette s’entichant de sa couturière Rose Bertin qui oeuvrait au Palais Royal, la mode se déplaça à Paris, autour de la place Louis le Grand, où résidait l’aristocratie. Fin XIXème, à l’heure de l’avènement de la haute bourgeoisie, le Britannique Charles Frédéric Worth dessaisit les nobles de l’acte de création : le couturier devint prescripteur de mode. Un pôle du luxe était né dans ce quartier : s’y côtoyaient les domaines prestigieux de la parfumerie, haute couture, joaillerie (déjà présente), les palaces et les banques, situées non loin, dans le quartier Opéra.

De Vendôme à Cambon.

L’arrivée de l’Art nouveau et ses petits « culs de Paris » (petits poufs à l’arrière des robes) est le moment idéal pour Gabrielle Chanel de se démarquer (1913). Grâce à son amant, Boy Capel, elle se met à son compte, rue Cambon, sous l’enseigne « Gabrielle Chanel ».

La boutique Chanel rue Cambon, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
La boutique Chanel rue Cambon, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Elle libère le corps de la femme en conjuguant simplicité et élégance : la jupe est raccourcie, le sportswear prôné et la fameuse petite robe noire lancée. Le succès est au rendez-vous. Dès 1921, le n°21 de la rue devenant trop petit, elle annexe les numéros 27, 29 et enfin 31. Une adresse mythique où se trouve aujourd’hui encore la célèbre maison de couture et l’escalier Art déco aux multiples miroirs : ils lui permettaient de voir le reflet de ses mannequins et d’observer les réactions de ses clientes durant les défilés ! Karl Lagerfeld continue d’y travailler, tandis qu’aux étages, se trouvent encore les ateliers de confection, fait d’autant plus rare qu’il n’en subsiste que deux à Paris : Chanel et Dior.  Les années 50 verront la mode changer de visage et de lieu, se déplaçant vers le Triangle d’Or (partie du 8ème arrondissement délimité par les avenues Montaigne, George-V et Champs-Elysées).

À lire :  L’Allure de Chanel de Paul Morand. Illustrations de Karl Lagerfeld. Ed. Hermann.


Le Ritz.

Ancien Hôtel de Gramont, le lot fut acheté en 1705 par Antoine Bitaut de Vaillé, puis transformé en hôtel en 1897 par l’architecte Charles Mewès pour César Ritz. Ouvert en 1898, il devint le lieu prisé de la société mondaine, mais aussi des appartements de Coco Chanel. C’est là en effet qu’elle s’installe en 1934, au dernier étage. Tout en longueur, son entrée est place Vendôme et donne sur la rue Cambon. Il n’était donc pas rare de la voir emprunter ce passage pour rejoindre sa boutique et ses ateliers rue Cambon. Aujourd’hui, cette coulisse, plus discrète, est fermée. L’on dit qu’elle l’est depuis la mort de Lady Diana, sortie par là avant de connaître sa triste fin…


Sortie arrière du Ritz, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
Sortie arrière du Ritz, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Dans le but de prétendre au label « Palace », l’hôtel a été longuement en travaux. Il vient de rouvrir ses portes (juin 2016) et le résultat … un vrai joyau !

Où ? 

→ Ritz  Paris 15, place Vendôme, Paris 1er. Tél: 01 43 16 30 30 / fr.ritzparis.com


 

1 commentaire sur "VENDÔME"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *