TUILERIES

 

Agrémenté de pièces d’eau et de sculptures, le Jardin des Tuileries, dans le 1er arrondissement, est le plus ancien jardin à la française. Lieu de détente et de loisirs pour tous, il est aussi un lieu chargé d’histoire.

Un jardin d’agrément.

Tout en longueur, il s’étend d’Ouest en Est de la place de la Concorde au Louvre, et du Sud au Nord, de la Seine à la rue de Rivoli.

Le lion de Giusepe Franchi, Place de la Concorde, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
Le lion de Giusepe Franchi, Place de la Concorde, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Jardin privé, puis d’agrément – voire potager durant les guerres -, il est intimement lié à l’histoire du Palais et au Louvre.

La mouette sur l'une des deux statues, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
La mouette sur l’une des deux statues, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Avec la résidence de Catherine de Médicis aux Tuileries, un beau jardin à l’italienne fut créé, où se déroulaient de somptueuses fêtes. Devenu avec Henri IV un lieu de chasse et d’équitation, il se transforma sous Louis XIV : Le Nôtre le repensa en une longue perspective où les bosquets se répondaient dans une architecture de feuillages. Louis XV devait ensuite l’agrémenter de statues de marbre et d’un manège équestre.

Un manège Carroussel, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
Un manège Carroussel, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
L'arc de Triomphe du Carrousel des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
L’arc de Triomphe du Carrousel des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Sous Napoléon Ier et jusqu’au Second Empire, c’est un véritable musée de la statuaire plein air avec des transferts de statues de Versailles, Fontainebleau et Marly !

"Le Centaure Nessus enlevant Dejanire" de l'artiste Marqueste, Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
« Le Centaure Nessus enlevant Dejanire » de l’artiste Marqueste, Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Mais cet écrin de cérémonies connut un sort malheureux avec l’incendie du Palais sous la Commune. Depuis, le jardin fut remis en état avec espace boisé, statuaire ancienne restaurée, oeuvres contemporaines, les habitants du centre de Paris retrouvant là un lieu de promenade des plus agréables.

Le bassin central du Grand Carré, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
Le bassin central du Grand Carré, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Depuis 2005, les Tuileries font partie du domaine du Louvre. Le musée propose des visites guidées permettant de découvrir les multiples facettes du jardin et ses nombreuses sculptures, les samedis et dimanches à partir de 15h30 jusqu’au 31 octobre.

"Thésée combattant le Minotaure" de l'artiste RAME, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
« Thésée combattant le Minotaure » de l’artiste RAME, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Renseignements : Tél. : 01 40 20 50 50 / www.louvre.fr

Y aller : M° Concorde, Tuileries.


Des oeuvres d’art contemporain.

Au Nord-Ouest du jardin, la galerie du Jeu de Paume est le musée d’art contemporain dédié à la photographie, tandis qu’à l’Est, près de l’arc du Carrousel, se trouvent de nombreuses statues d’Aristide Maillol. Depuis 1998, le jardin accueille également les sculptures contemporaines d’Auguste Rodin, Henry Moore, Roy Lichtenstein, Tony Cragg, Jean Dubuffet, Alain Kirili, Guiseppe Penone… Sans compter les expositions provisoires, comme l’Araignée de Louise Bourgeois ou Clara-Clara du sculpteur Richard Serra.


"Le Bel Costumé" de l'artiste Jean DUBUFFET, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
« Le Bel Costumé » de l’artiste Jean DUBUFFET, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
"Brushstrok Nude" de l'artiste Roy LICHTENSTEIN, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
« Brushstrok Nude » de l’artiste Roy LICHTENSTEIN, Jardin des Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Où ? 

→ Jeu de Paume 1, place de la Concorde – Jardin des Tuileries, Paris 8ème. Tél. : 01 47 03 12 50 / www.jeudepaume.org


Un Mémorial mural.


À l’entrée des Feuillants, en direction de la statue du Lion, dix plaques commémoratives honorent la mémoire de dix hommes et femmes (étudiant, infirmière, soldat FFi …), morts le 25 août 1944 lors des combats sur la place de la Concorde. Le même jour, le « lion » lui-même était littéralement propulsé : depuis remis sur pied, on aperçoit encore les impacts de balles sur son socle. Derrière, le Jeu de Paume connut lui aussi son temps de malheur : à partir de 1940, la galerie servit en effet d’entrepôt de centaines d’œuvres d’art des grandes collections nationales – essentiellement juives – pillées par Goering.

Les dix plaques commémoratives, Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
Les dix plaques commémoratives, Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
Plaques commémoratives, Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT
Plaques commémoratives, Tuileries, Paris 1er © Isabelle SIBOUT

Un nouveau palais des Tuileries ?

Carrière d’extraction d’argile rouge à l’époque gallo-romaine, le lieu fut d’abord une industrie de tuileries (du XIIIème au XVIème siècle) avant de devenir le palais construit sous l’impulsion de Catherine de Médicis (1564). Par la suite agrandi avec une façade de 266 mètres de long, il fut la résidence royale d’Henri IV, Louis XIV, Louis XVI, Louis XVIII, puis impériale de Napoléon Ier et Napoléon III. Il fut malheureusement détruit lors d’un incendie en 1871. Depuis 2002, un Comité national pour la Reconstruction des Tuileries milite pour une reconstruction à l’identique de ce palais. Les partisans de ce projet, dont feu Maurice Druon, auteur de l’illustre épopée des Rois Maudits, soulignent la place majeure du palais dans l’Histoire de France et son importance dans l’histoire de l’art. Pei lui-même, l’architecte du Grand Louvre, soutient le projet au nom de l’intégrité architecturale de l’ensemble « Louvre-Tuileries ».

Renseignements : Comité national pour la Reconstruction des Tuileries  10, place Vendôme, Paris 1er / www.tuileries.org


 

1 commentaire sur "TUILERIES"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *