Le Carreau du Temple, Paris 3ème © Isabelle SIBOUT

SENTIER-TEMPLE

Sentier (2ème arrondissement) et Temple (4ème arrondissement) sont les deux quartiers parisiens voués au textile. Tissus, accessoires de mode, maroquinerie, les boutiques en gros nous plongent dans le royaume de la maille. Le Carreau du Temple a opéré une magistrale reconversion par la réhabilitation du lieu, qui accueille désormais le Salon annuel du Dessin Contemporain.

Le souk du Sentier.

Si l’origine du nom de Sentier reste inconnue, le quartier est célèbre pour son industrie du textile, autour des rues des Petits-Carreaux, d’Aboukir, de Saint-Denis, de Cléry, du Caire. Dans ce quartier où sont installés depuis le XIIIème siècle les ateliers familiaux de confection, les immigrés de la fin du 19ème siècle trouvent là de quoi travailler et vivre. Plus tard, le succès du sportswear aidant, les Juifs assurent la relève (dont la fameuse marque Naf-Naf), aidés par l’arrivée progressive de nouveaux venus d’origine kurde, yougoslave et surtout d’Asie (Chinois, Cambodgiens), pour pallier au manque de main d’oeuvre.

Vente de vêtements en gros et en plusieurs langues, Sentier, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT
Vente de vêtements en gros et en plusieurs langues, Sentier, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT

Depuis quelques années, Pakistanais, Bengalis et Sri Lankais contribuent également à l’activité frénétique du lieu. Ainsi, la placette triangulaire du Caire est devenue une véritable « bourse aux manutentionnaires » : avec leurs diables, ils s’y rassemblent pour proposer leurs services. Et les fabricants le savent bien : à toute heure de la journée, ils peuvent faire appel à eux.

Diables en pagaille, Le Sentier, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT
Diables en pagaille, Le Sentier, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT

Partout, dans les rues du Sentier, eux ou d’autres porteurs de tissus ou vêtements d’origine différente s’activent à transbahuter de gros sacs si ventrus qu’on les aperçoit à grand-peine… Il faut faire vite, aller chercher chez tel grossiste la marchandise pour approvisionner des clients du monde entier. Ceux-là achètent directement dans les boutiques et show-rooms, parfois marchandent à même la descente des camions !

Un camion ouvert rue Saint-Denis, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT
Un camion ouvert rue Saint-Denis, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT

Dans ce quartier où se succèdent boutiques, ateliers, show-rooms, les rouleaux de tissus s’empilent pour former des palissades dans des arrière-cours de maisons populaires des XVIIème et XVIIIème siècles, comme dans d’anciens hôtels particuliers. Ainsi, celui de Saint-Chaumont (1734) au n°226 de la rue Saint-Denis (l’ancienne voie royale des drapiers et des marchands de toile des Flandres)  et au n° 131 boulevard Sébastopol est typique de cette succession depuis toujours tournée vers le textile. Cet ancien hôtel particulier était à l’origine un couvent pour jeunes filles chrétiennes, surnommées les « dames de Saint-Chaumond », du nom du marquis éponyme, alors ministre du cardinal de Richelieu. L’architecte du lieu est Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, petit-fils de Jules-Hardouin Mansard.

L'Hôtel de Saint-Chaumont, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT
L’Hôtel de Saint-Chaumont, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT

On retrouve dans cette enfilade de courettes l’ambiance des enseignes, ateliers, stocks de maille et de confection immortalisée dans le film « La vérité si je mens »

Anciennes enseignes sous un porche d'immeuble, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT
Anciennes enseignes sous un porche d’immeuble, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT

Il faut dire que le dôme de l’ancien magasin Félix Potin (aujourd’hui Monoprix) donne le ton. Situé au n°51 (à l’angle de la rue Palestro et de la rue Réaumur), sa façade (1910) est décorée d’abeilles, symbole de l’abondance et du commerce.

Le dôme de l'ancien magasin Félix Potin, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT
Le dôme de l’ancien magasin Félix Potin, Paris 2ème © Isabelle SIBOUT

Géographiquement stratégique, puisque de l’autre côté du boulevard de Sébastopol, commence le quartier du Temple.


Le temple du vêtement.

Prolongement de l’activité du textile en gros, le quartier a conservé sa vocation artisanale et marchande, tout autour du Carreau du Temple. Constitué de pavillons de verre et de fer, l’édifice, bâti vers 1150, fut classé monument historique, et constituait alors l’ancienne forteresse des Templiers. Cet « Etat dans un Etat » fut supprimé par Philippe le Bel, qui en ordonna le fameux procès. Aux XIXème et XXème siècles, l’enclos devint un bazar de la fripe où les vendeurs exposaient à même le sol carrelé (d’où son nom) leurs produits, tandis que, alentour, on trouvait vêtements, articles de cuir, bonnets, chapeaux, mais aussi orfèvrerie, bijouterie, ferronnerie, faisant de ce quartier l’un des plus industrieux de Paris. Avec le temps, les vêtements neufs ont remplacé la fripe et le Carreau du Temple est devenu jusque dans les années 70 le lieu où l’on pouvait suivre les dernières tendances de la mode. A suivi une période de cohabitation entre les marchands de cuir subsistant à côté d’anciennes baraques numérotées d’une époque révolue, et, des activités sportives dans les deux halles restantes. Il devenait temps que ce marché couvert reprenne forme et force.

C’est ainsi qu’après un référendum local particulièrement passionné, des travaux de profonde  restructuration ont été votés. La vaste verrière de Jules de Mérindol (1863), également auteur de la verrière de la Grande Halle de la Villette, a été entièrement réhabilitée, tandis qu’une architecture simple et épurée a été choisie pour les trois niveaux : halles et auditorium au rez-de-chaussée, dispositifs techniques à l’entresol, équipements sportifs et studios de musique au sous-sol. Ouvert sur le quartier, le lieu ouvrira ses portes en 2014 pour accueillir activités sportives, économiques (salons, événements) et artistiques.

Le Carreau du Temple 1_Sentier-Temple © Isabelle SIBOUT
Le Carreau du Temple 1_Sentier-Temple © Isabelle SIBOUT

La nouvelle configuration du Carreau du Temple est en effet un magnifique écrin pour les exposants du Salon (annuel) du Dessin Contemporain – Drawing Now Paris. Les 3.000 mètres carrés se déploient sur deux étages, permettant d’exposer 70 à 80 galeries internationales afin de présenter la diversité du dessin contemporain d’aujourd’hui de plus de 400 artistes.

Un lieu à la reconversion réussie !

Où ?

→ Carreau du Temple 4, rue Eugène Spuller, Paris 3ème. M° Temple. Tél. : 01 83 81 93 30 / www.carreaudutemple.eu

→ Salon du Dessin contemporain www.drawingnowparis.com


1 commentaire sur "SENTIER-TEMPLE"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *