Affiche du 2ème documentaire social à Rouen, Mars 2014

Bobines rebelles (Festival)

BOBINES REBELLES.

Édition 2014.

Lors de cette 2ème édition du festival du documentaire social et politique « Bobines rebelles«  à Rouen (Février 2014), une carte blanche a été donnée aux Mutins de Pangée, une coopérative audiovisuelle née à la suite de l’expérience de la télé libre Zaléa. Quatre films ont ainsi été programmés.

Interview de Jean-Marc Delacruz, Directeur des Programmes au cinéma Omnia à Rouen (février 2014):

 

Interview de Jean-Pierre Levaray, Librairie L’Insoumise à Rouen (février 2014) : 

 


PRÉSENTATION DES 4 FILMS

♦ Algérie, tours et détours de Leïla Morouche & Oriane Brun-Moschetti (2007) :

Un film sur le cinéma avec René Vautier, initiateur du Centre Audiovisuel d’Alger créé en 1962, et considéré par là-même par les Algériens comme l’un des fondateurs de l’indépendance. La rencontre avec ce cinéaste militant a donné aux deux réalisatrices l’envie de partir avec lui en Algérie, à la fois pour réveiller ces moments du passé et prendre la température actuelle du pays. Les fameux ciné-pops sont ressuscités et l’on parcourt avec eux l’Algérie de projections-débats en projections-débats…

→ www.algerietoursdetours.com


♦ Cinéma Komunisto de Mila Turajlic (2013) :

La réalisatrice est partie à la recherche du cinéma yougoslave perdu, avec, pour guide exceptionnel tout au long du film, le projectionniste personnel du dictateur Tito, Leka Konstantinovic. Un véritable travail d’archives où l’on plonge avec délectation et surprise dans un pays et une mémoire collective qui n’existent plus. En ce sens, Mila Turajlic déclare à propos de son film : « Cinema Komunisto était un film devenu urgent, une manière de préserver un monde qui a été éradiqué de la mémoire officielle ». Pour lutter contre l’oubli, éviter de répéter les mêmes erreurs, et de « commencer à travailler sur une histoire commune. Qui sommes-nous et d’où venons-nous ? ». Telle est la question.

→ www.cinemakomunisto.com


♦ Je déboule à Kaboul d’Olivier Azam (2004) :

A l’image de son titre, le film est parcouru d’une autodérision visant à désacraliser la mission « civilisatrice » que le réalisateur s’apprête à entreprendre auprès d’Afghans dont il ne connaît rien et surtout pas la langue. Il se met en scène, tour à tour acteur, réalisateur, citoyen, sa caméra lui permettant de mettre un peu de distance avec ce qu’il devine déjà être une « illusion » et dont il se sent un peu le complice. Le film s’achève sur l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour des élections présidentielles alors que l’Afghanistan organise ses premières élections libres. Les Afghans se moquent des Français et leur proposent l’asile politique. « Je déboule à Kaboul » est un film, drôle, sensible, parcouru d’une ironie qui n’enlève rien au sérieux du sujet et qui, dix ans, après reste toujours aussi pertinent sur l’interventionnisme militaire et sur le rapport de l’Occident avec le reste du monde.

→ http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/12808_1


♦ Sur les toits de Nicolas Drolc Olivier Azam (2013) :

Début des années 70 : une série d’évènements fait monter la tension dans les prisons françaises. En réponse au traitement inhumain que leur fait subir l’administration pénitentiaire, les prisonniers de la centrale de Ney à Toul (Lorraine) ouvrent le bal et se mutinent au début du mois de décembre 1971. Les détenus de la maison d’arrêt Charles III à Nancy leur emboitent le pas le 15 janvier 1972.

Dans les mois qui suivent les révoltes de Toul et de Nancy, plus d’une trentaine de mutineries vont embraser les prisons françaises, qui n’avaient jamais connu une telle vague de révoltes. Malgré la répression musclée orchestrée par le gouvernement et le discours de la grande presse qui décrédibilise systématiquement les révoltes, le tour de force des prisonniers n’est pas vain. Relayées et défendues par une élite intellectuelle engagée, dans un contexte idéologiquement tendu, ces mutineries vont poser pour la première fois les problèmes des conditions de détention, de la fonction de la prison et du système pénitentiaire français. Un sujet brûlant et passionnant traité avec finesse et maturité.

→ http://www.lesmutins.org/sur-les-toits-388


 

 

 

1 commentaire sur "Bobines rebelles (Festival)"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *