Belleville City, rue Denoyez, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

BELLEVILLE

Ce quartier du nord-ouest, au carrefour des 10ème, 19ème et 20ème arrondissements, est une Babelville, tant le quartier est devenu cosmopolite depuis Maurice Chevalier… Un véritable poumon vivant !

Babel-Ville.

Évidemment, le quartier de Belleville n’est plus ce qu’il était : celui du “Belleville” d’Édith Piaf, qui, selon la légende, serait née (1915) au 72 de la rue de Belleville, qui s’étend du métro Belleville à la Porte des Lilas. On dit que sa voix profonde et fragile a longtemps hanté la rue.


 
Plaque Edith Piaf, 72 rue de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Plaque Edith Piaf, 72 rue de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

À cette époque, on buvait aussi aux terrasses le vin de table appelé le « guinguet ». Celui-là même qui a donné le nom aux fameuses guinguettes, aujourd’hui disparues de ce quartier et remises au goût du jour sur quelques bords de la Marne.


Dessin d'Edith Piaf, 72 rue de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Dessin d’Edith Piaf, 72 rue de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

Mais, bien avant elle, en 1888, c’était Maurice Chevalier, né dans le quartier, qui fit connaître l’endroit avec ses chansons “Ma pomme”, “Prosper”, “Marche de Ménilmontant”. Au point qu’une place pavée, ombragée de marronniers et ornée d’une fontaine Wallace, lui est toute dédiée, au pied des escaliers de l’église Notre-Dame-de-la-Croix, dont la nef est la plus longue de Paris (après Notre-Dame-de-Paris et Saint-Sulpice) : elle servit même de lieu de rassemblement et d’entrepôt pendant la Commune.


La rue Dénoyez et ses graffitis, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
La rue Dénoyez et ses graffitis, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

Aujourd’hui, et malgré les rénovations immobilières pas forcément toujours très heureuses, il reste d’anciennes constructions intéressantes, souvent réhabilitées avec goût, des ateliers d’artistes que l’on peut visiter chaque année en mai à l’occasion de leurs Portes Ouvertes, le parc en haut de la colline (la plus haute après celle de Montmartre), son belvédère et de bien nombreuses petites trouvailles à dénicher pour un œil quelque peu averti, tandis que les populations continuent de se mélanger dans une ambiance effervescente : restos thaï et chinois, cafés turcs, épiceries arabes…

Place Fréhel, rue de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Place Fréhel, rue de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

Sans compter le marché lui-même où ça crie, ça braille, ça grouille, ça foisonne, où, durant les heures de pointe, il ne fait pas bon de circuler en voiture, même en deux roues ! Mais cela vaut le détour (à pied s’entend) : on retrouve cette ambiance tous les mardis et vendredis (7h00 à 14h30) entre la station de métro Ménilmontant et celle de Belleville (terre-plein du boulevard de Belleville). Car, c’est l’un des marchés les plus exotiques de Paris qui propose mangues, dattes, olives, cannelle, en plus des produits traditionnels.


À visiter.

– La Bellevilloise.  Ce lieu indépendant, artistique et festif fut fondé en 1877 aux lendemains de la Commune. Il fut la première coopérative parisienne à permettre aux gens modestes l’accès à l’éducation politique et à la culture. Lieu de spectacle, de résistance, des premiers échanges commerciaux « du producteur au consommateur » (commerce équitable avant l’heure !), la Bellevilloise a donc joué un rôle de premier plan dans la vie économique et culturelle de l’Est Parisien. Depuis 2005, il a ré-ouvert avec un projet fort : créer un lieu indépendant d’activités artistiques et événementielles pour le public, les entreprises et les médias. À voir absolument et à visiter régulièrement. Enfin, une mention spéciale pour les gourmands paresseux du dimanche : le brunch… 

Où ? → 19-21, rue Boyer, Paris 20ème. Tél. : 01 46 36 07 07 / www.labellevilloise.com

– Pour une découverte guidée de Belleville, rendez-vous avec l’association Ca se visite (anciennement Belleville insolite) : à pied (12€ plein tarif / 10€ tarif réduit) ou en trottinette (15€ plein tarif, 13€ tarif réduit), c’est au choix… 

Infos. Réservation obligatoire : 63, avenue Parmentier Paris 11ème. Tél: 01 43 57 59 50 / www.ca-se-visite.fr

Les Ateliers d’Artistes de Belleville  1, rue Francis Picabia, Paris 20ème.

Infos. Tél.: 01 77 12 63 13 / ateliers-artistes-belleville.fr

Ateliers d'artistes de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Ateliers d’artistes de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

De Belle Vue à Belleville.

Commune en 1789 et annexée à Paris en 1860, cette butte ne fut autrefois véritablement habitée que par les ouvriers des carrières et quelques vignerons, dont plusieurs noms de rues évoquent ce passé : rue des Vignoles, rue des Panoyaux (raisin sans pépins), rues de la Mare, des Cascades, des Rigoles, de la Duée (petite source).
 Ce n’est qu’au XVIIIème siècle que Belleville prend son nom actuel, issu vraisemblablement de la déformation de “belle vue”.

Le parc de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Le parc de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

En effet, son parc (rue de Couronnes, 20ème arrondissement) se compose d’une bambouseraie, de jardins en terrasse, de bassins et jeux d’eau aménagés sur les flancs de la colline de Belleville, à la place d’anciennes carrières, tandis que quelques vignes rappellent le passé viticole de Belleville.

Le parc de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Le parc de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

Ce parc, qui abrite par ailleurs la Maison de l’Air, offre un panorama inhabituel sur la capitale : au-delà  du Panthéon et de la tour Montparnasse, on peut apercevoir par temps clair le mont Valérien ! Il est labellisé « Espace Vert Écologique ».


À la source.

À proximité du parc se trouve la longue rue étroite des Cascades, constituée de petits immeubles, celle qui a le mieux conservé le charme désuet de l’esprit Belleville. Au n°44, le petit pavillon bordé d’un jardin, et occupé aujourd’hui par des souffleurs de verre, servit de lieu de tournage pour Casque d’Or de Jacques Becker en 1952. On y rencontre aussi des “regards”, petites constructions permettant l’accès aux sources captées sous la rue, comme celle du regard Saint-Martin (n°42).


Une ancienne source de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Une ancienne source de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

L’Ermitage.

Enfin, plus à l’Est, la rue de l’Ermitage propose au n°19 la belle et étroite façade d’un immeuble en brique rouge datant de 1906, ornée de figures sculptées autour des fenêtres, entre deux habitations plus contemporaines. Tout comme la Villa de l’Ermitage, alternant entre constructions tombant en ruines, cernées de maisons particulièrement modernes et d’anciennes petites villas dotées de jardinets. Et ces ensembles-ci, aussi divers soient-ils, ne dépareillent pas.

La Villa de l'Ermitage, Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
La Villa de l’Ermitage, Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Une habitation du quartier de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT
Une habitation du quartier de Belleville, Paris 20ème © Isabelle SIBOUT

 

2 commentaires sur "BELLEVILLE"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *